Tricot urbain2017-07-11T11:17:45+00:00

Description du projet

Le chantier public de Tricot Urbain engage un travail de production d’oeuvres textiles destinées à une installation dans l’espace urbain.
Selon la cible choisie pour l’installation, on définit un volume à produire: on fabrique des pièces de crochet ou de tricot, des pompons, des guirlandes textiles, des tissages, de la broderie, du fil en tricotin, du macramé ou encore des attrapes rêves qui sont ensuite réunis pour l’ installation artistique.
Le chantier public Tricot Urbain s’inscrit dans la durée car la fabrication des pièces pour l’installation est assez longue. Il faut compter plusieurs semaines pour les ateliers, plusieurs dizaines de personnes impliquées, plusieurs structures.
C’est un projet qui s’étale dans le temps, sur un semestre par exemple, ce qui permet de toucher beaucoup de publics différents : écoles, collèges, lycées, associations d’insertion, EHPAD, UHPA, dans des lieux variés : au sein des structures mais aussi dans les cafés, les restaurants, sur une manifestation …
Lors du Tricot Urbain à Beaulieu, nous avons travaillé avec 7 écoles, 6 EHPAD, 5 associations, 3 restaurants, 1 CSC soit 800 personnes de 3 à 97 ans ont participé au projet en tant contributeurs.
Nous avons mis en place un processus de résidence mobile sur des temps courts chez les participants (commerces, structures ou habitants) et de résidence fixe sur 4 semaines dans un lieu proche de là où est installé l’oeuvre. La mission de l’artiste consiste à lancer la production auprès des différents publics puis de les accueillir pour procéder à l’assemblage des pièces et à l’ installation in situ.
L’idée est d’avoir un échantillon très vaste d’individus engagés : des moyennes et grandes sections de la maternelle aux personnes âgées d’une maison de retraire, des jeunes du centre culturel à proximité aux clubs de tricot, des curieux aux familles du quartier, des copains-copines aux commerçants … L’artiste les invite tous à contribuer à l’œuvre en fabricant des pièces de tricot, crochet, macramé, attrape rêve ou tissage ou en étant le réceptacle de l’oeuvre.
Le recueil des pratiques familiales de tissage, crochet ou tricot des participants fait l’objet d’une attention particulière. L’accueil sur les lieux de résidence des membres de la famille ou de l’entourage proche sera aussi favorisé. Ainsi, il sera possible de collecter des pratiques venant de pays différents avec des motifs, des couleurs, des techniques propres aux cultures présentes sur le chantier participatif.
Chacun pourra ainsi non seulement participer à la construction d’une œuvre artistique mais aussi y apporter de façon tangible un peu de son identité.

Photos CP TU
Nos références:
Square Boulevard Cassin, février 2016
Statue de Jeanne d’arc, avril 2016
Place des templiers, mai 2016
Installation monumentale sur 80 balcons, La Grand Goule, Poitiers, avec 5 EHPAD, 7écoles, des associations, des cafés tricot mobile, bref, environ 800 personnes, juillet 2016
Ecole élémentaire de Bignoux, de juin à décembre 2016
les Expressifs: Bancs de la place du Maréchal Leclerc et atelier pompons pour une installation dans les espaces verts place Magenta et square Puygarreau, Octobre 2016
La semaine bleue, EHPAD Marguerite le Thillier, Octobre 2016
Faîtes des lumières de St Maixent: Atelier de pompons spécial noël décembre 2016

Téléchargement de notre plaquette ici:

Ci-dessous, le lien vers le photo reportage de Julien Michaud, photographe
https://maujufotoz.com/tricot-urbain-ce-fil-qui-nous-lie-collectif-la-bulle-poitiers-2016/